Être et ne plus être

Autiste

ou comment notre famille a vaincu l'autisme...
naturellement

Un livre de Nathalie Champoux, publié aux Éditions Fides (2015)

Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.

— Arthur Schopenhauer

Avertissement

L’histoire racontée par Nathalie Champoux est d’abord et avant tout un témoignage qui vise à faire réfléchir sur les effets néfastes que notre alimentation moderne et notre mode de vie industrialisé peuvent avoir sur notre santé. Dans cette optique, ni l’auteure ni son éditeur ne peuvent être tenus responsables de tout effet non désiré qui pourrait survenir suite à l’adoption de l’approche décrite dans le livre Être et ne plus être autiste.

L’auteure spécifie que la voie qu’elle a choisi de suivre pour renverser le diagnostic d’autisme (et non guérir, car l’autisme n’est pas une maladie, mais un syndrome) de ses enfants n’est pas une solution miracle. En aucun cas, elle n’affirme que tous les enfants autistes ou atteints d’un trouble neurologique peuvent connaître une rémission. Cela dit, il n’y a rien à perdre à essayer ce qui a été bénéfique pour sa famille.

Résumé de l’histoire

À l’été 2011, après avoir reçu un diagnostic d’autisme pour son fils aîné et une hypothèse d’autisme pour son fils cadet, Nathalie Champoux, une jeune mère de 31 ans, a entrepris des recherches qui l’ont menée vers une piste pour le moins étonnante : l’autisme – contrairement à ce que les médecins affirmaient – serait vraisemblablement réversible. Dès lors, elle s’est engagée dans une bouleversante quête pour sortir ses enfants de leur bulle et leur permettre de prendre leur envol. Aujourd’hui, l’un et l’autre sont en parfaite santé et ont un développement on ne peut plus normal.

Ce vibrant récit de courage et de détermination s’adresse d’abord aux parents d’enfants autistes ou atteints d’un trouble neurologique ou de développement — dont font partie le trouble du déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH/TDA), la dyspraxie, la dyslexie, les troubles d’apprentissage, le syndrome de Gilles de la Tourette, les troubles anxieux, la dépression et la schizophrénie —, mais aussi à tous ceux qui croient que, pour vaincre la maladie, il faut d’abord chercher à en comprendre les causes plutôt que de s’attarder uniquement aux symptômes.

La force qui est en chacun de nous est notre plus grand médecin.

— Hippocrate

Des statistiques alarmantes

En 20 ans, les cas d’autisme ont grimpé de 600 % en Amérique du Nord; 1 enfant sur 68 est touché et le taux de prévalence est de 1 garçon sur 42. Il y aura au cours des douze prochains mois plus de diagnostics d’autisme chez les enfants que de diagnostics de sida, de cancer et
de diabète réunis.


(Source : Centers for Disease Control and Prevention — CDC, 2014.)

Et si notre mode de vie était l’une des causes de nos maladies?

Des aliments transformés et un environnement pollué

Nous vivons à une époque où notre alimentation est transformée à l’extrême, génétiquement modifiée, additionnée d’hormones de croissance, de sucres raffinés, de colorants, de stabilisateurs chimiques, de pesticides et d’une foule d’autres substances dont nous ne sommes même pas capables de prononcer le nom. Et c’est sans parler de l’eau que nous buvons et de l’air que nous respirons… C’est sans mentionner les métaux lourds qui se retrouvent dans les objets que nous utilisons au quotidien, par exemple les plastiques omniprésents dans notre environnement, l’aluminium, le cadmium, le plomb, l’arsenic et le mercure, pour ne nommer que ceux-là.

Quand la maladie devient la norme

Et si tous ces éléments étaient en partie responsables de la progression fulgurante de nombreuses maladies inflammatoires, chroniques, auto-immunes, mais aussi de troubles neurologiques et neuro-développementaux, dont le déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH et TDA), les troubles d’apprentissage, la dyslexie, la dyspraxie, les troubles anxieux, la dépression, la schizophrénie et… l’autisme?

C’est ce que l’auteure croit, et c’est en agissant sur ces causes qu’elle est parvenue à redonner la santé à ses enfants et à leur permettre de se développer normalement.

Il y a 50 ans, l’autisme passait pour un trouble rare. Aujourd’hui, c’est le trouble du développement qui se répand le plus vite sur notre planète. Dans 25 à 30 ans, l’autisme sera la norme dans les familles
nord-américaines.

— Marion Gruner et
Christopher Sumpton

L’énigme de l’autisme : la piste bactérienne, 2012

Notre vie est on ne peut plus normale. C’est certain que cela dépend du sens qu’on donne au mot normalité, mais dans notre dictionnaire, une vie qui permet à chacun de s’épanouir, de poursuivre ses rêves, de repousser ses limites et d’être en santé, c’est une vie normale.


— Extrait, Être et ne plus être autiste

De l’espoir pour améliorer notre santé globale

Soigner notre santé par l’alimentation

Notre alimentation moderne n’a rien à voir avec celle de nos ancêtres, qui se nourrissaient des légumes de leur jardin et de bêtes élevées en liberté, nourries d’herbe durant l’été et de foin durant l’hiver. Ces mêmes ancêtres qui avaient appris à suivre le rythme des saisons et qui ne consommaient pas de gargantuesques fraises durant l’hiver ni de céréales multicolores au petit-déjeuner. Notre nourriture a été transformée à un tel point qu’on peut se questionner sur ses impacts sur notre santé.

Éliminer les agresseurs

Pour retrouver la santé, il faut revenir à une alimentation ancestrale et éliminer les aliments qui agressent notre corps. Parmi ceux-là, on retrouve le gluten, contenu dans le blé, le seigle, l’orge, le kamut, l’épeautre et le triticale. L’avoine est également pointée du doigt, puisqu’elle est souvent contaminée par le gluten.


Il y a une quarantaine d’années, le blé a été génétiquement modifié — on lui a ajouté 28 chromosomes alors qu’on sait que l’ajout d’un seul chromosome chez l’humain peut engendrer la trisomie 21 — et c’est exactement à cette époque que de nombreuses maladies ont connu une hausse alarmante. C’est entre autres le cas des maladies arthritiques, de l’asthme, de l’eczéma, des allergies, des TDAH et… de l’autisme.

En quoi le gluten est-il dommageable?

Principalement parce que tous les mammifères — y compris l’homme — ne possèdent pas les enzymes capables de le digérer. Mais aussi parce que l’une des molécules qu’il contient — la gliadine-α —, a la capacité de rendre la paroi de l’intestin plus perméable. C’est alors que de grosses molécules de nourriture partiellement digérées se retrouvent dans le sang et peuvent déclencher divers troubles ou pathologies.

Les produits laitiers sont bons… pour les veaux

Le même type de phénomène se produit avec le lait et tous les produits qui en contiennent. Les caséines du lait agissent un peu comme la gliadine-α et permettent aux macromolécules de nourriture de traverser la paroi de l’intestin et, vraisemblablement, d’altérer les fonctions cérébrales. Et puis, le lait de vache n’a-t-il pas été génétiquement constitué pour répondre aux besoins spécifiques du veau? Après tout, l’homme a évolué pendant des millions d’années uniquement avec le lait maternel…

D’abord adopter un régime sans gluten ni caséine…

Le changement d’alimentation a été le point de départ de la famille de Nathalie Champoux pour renverser l’autisme. Retirer le gluten, la caséine (produits laitiers), le soya et le sucre raffiné était une étape cruciale, mais elle n’a pas été la seule!

… ensuite agir sur le deuxième cerveau

Comment? En « réparant » l’intestin, qui agit comme le deuxième cerveau du corps humain. À force d’être agressé, il devient très poreux et enflammé, et le microbiote s’en trouve débalancé par une surabondance de pathogènes, de parasites, de champignons et de levures indésirables. Dans ces conditions, soigner l’intestin devient essentiel, notamment en le repeuplant de bonnes bactéries. Parallèlement à cela, il est primordial d’agir sur l’environnement en éliminant les polluants, en réduisant les champs électromagnétiques et en faisant sortir de l’organisme les métaux lourds qui s’y sont accumulés.

Le microbiote intestinal est en train d’exploser sous nos yeux. De plus en plus d’études démontrent que les bactéries intestinales agissent sur le cerveau et créent des troubles psychiatriques, et qu’il existe par leur truchement un continuum entre le cerveau et le corps. Il est donc probable aujourd’hui que les bactéries intestinales affectent les fonctions cérébrales et les comportements, y compris ceux des autistes.

— Dre Martha Herbert

neuropédiatre et professeure à Harvard

Les médias en parlent

Ils ont parlé du livre Être et ne plus être autiste de Nathalie Champoux…

Denis Lévesque

Animateur de l'émission du même nom présentée sur les ondes de TVA

Écouter l'émission

Isabelle Maréchal

Animatrice de l’émission de radio Isabelle, diffusée sur la chaîne 98,5 fm

Jacynthe René

Artiste engagée et auteure des livres Vive la détox!
et Détox gourmande, ainsi que du site jmagazine.ca.

Lire l'article

Julia Haurio

Chroniqueuse au magazine Coup de Pouce

Lire l'article

André Fauteux

Éditeur du magazine La Maison du 21e siècle, et son supplément Web, Maison saine

Lire l'article

Paul Arcand

Animateur à Puisqu’il faut se lever, diffusée sur la chaîne 98,5 fm

Jacqueline Lagacé, Ph.D.

spécialisée en microbiologie et immunologie, professeure-chercheuse retraitée de la Faculté de médecine, Université de Montréal. Auteure de quatre livres dont le best-seller Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l'alimentation (Fides, 2011).

Quelques mots sur l’auteure

Nathalie Champoux a d’abord étudié au cégep en sciences pures et en arts et lettres avant de faire un baccalauréat en communication à l’UQAM. Fonceuse et déterminée, elle a un sens critique aiguisé qui la pousse à aller au fond des choses avant de se forger une opinion. Mais par-dessus tout, c’est une femme authentique et passionnée, une femme soucieuse du bien-être des gens qui l’entourent. Depuis 2013, elle est la mère
d’un troisième garçon.

D’autres parents témoignent

La victoire de Laure-Azalée contre l’autisme

https://www.youtube.com/watch?v=Y8ojUBzWlAs&t=1s

Le mode de vie qui a transformé mon fils autiste

https://www.youtube.com/watch?v=hzpuN0faLR0&t=6s

Vraincre la dyspraxie et le déficit d'attention : un père témoigne

https://www.youtube.com/watch?v=BGbgpd_LmAs&t=5s

La métamorphose spectaculaire d'une petite fille et de son frère autiste

https://www.youtube.com/watch?v=7S2H_7YzCC0

Autisme, TDAH, dyspraxie, dyslexie, troubles d'apprentissage : une piste d'espoir

https://www.youtube.com/watch?v=IRUyFhON3Fo

Le mode de vie qui a fait reculer la dyspraxie

https://www.youtube.com/watch?v=M8g-uQ1D5rw


Pour en savoir plus, vous pouvez vous procurer le livre
Être et ne plus être autiste de Nathalie Champoux
dans la plupart des librairies québécoises,
dans certaines pharmacies et sur Amazon.ca.

Si vous désirez commenter, publier ou discuter sur le sujet,
rendez-vous sur la page Facebook du livre.